Monument Valley

Monument Valley
Monument Valley

L’avantage, avec les smartphones, c’est qu’on n’a plus besoin de consoles de jeu portables.

Il existe depuis quelques années tout un catalogue de jeux, allant du simple sudoku à des jeux d’aventure complets, en passant par toutes les gammes que vous pouvez imaginer.

Dans les jeux vidéos, il existe quelques courants principaux, qui regroupent la majeure partie des jeux : FPS (Call of Duty, Battlefield, Borderlands, etc), MMORPG (World of Warcraft, Lord of the Rings Online, Everquest, pour les plus connus), point-and-click (jeux d’aventures à l’ancienne, comme Day of the Tentacle, Myst, et ainsi de suite)… Ces genres de jeux obéissent généralement à des codes bien définis, qui se développent au fil du temps, autant grâce à de nouveaux moteurs de plus en plus performants qu’en fonction des exigences du public.

Heureusement pour la diversité et donc pour le public, il arrive de temps à autre qu’un développeur ait une idée qui sorte des clous, qui rompe les codes, et qui arrive à créer un jeu « autre », qui, si le succès est au rendez vous, peut même lancer son propre genre (voyez Pokémon ou Guitar Hero).

Sans aller aussi loin, je suis tombé sur un petit bijou qui s’appelle Monument Valley, que je vais vous présenter.

Monument Valley, c’est avant tout le pèlerinage de la princesse Ida à travers Monument Valley, un lieu rempli de monuments abandonnés, dressés en l’honneur de la Géométrie Sacrée.

Mais c’est également des architectures dignes d’Escher, des casse-têtes en trompe-l’œil et une ambiance aérienne doublée d’une musique stratosphérique. Pour progresser, on doit manipuler le décor en 3D isométrique en faisant glisser et/ou pivoter des éléments, et la musique suit ces manipulations. Une manivelle à tourner ? Un arpège. On tourne la manivelle dans l’autre sens ? Le même arpège, mais joué à l’envers. L’ensemble donne au jeu une atmosphère surréaliste et onirique.

Jongler avec la géométrie et les angles de vue est la clef.

Jongler avec la géométrie et les angles de vue est la clef.

Le seul point noir du jeu : sa longueur. Il ne compte qu’une dizaine de tableaux, et la difficulté n’est pas excessive : on peut arriver au bout en une bonne heure sans trop forcer, même ci certains des tableaux sont des perles de level-design (notamment la boite à musique). Heureusement, est sortie depuis une extension de huit niveaux supplémentaires, appelée Forgotten Shores.

La boîte à musique, à mon goût le tableau le plus réussi du jeu.

La boîte à musique, à mon goût le tableau le plus réussi du jeu.

Le jeu vaut largement ses quelques euros et est disponible sur Google Play, App Store, Windows Phone Store et Amazon. Il a remporté un certain nombre de récompenses, dont, mine de rien, celle du jeu de l’année iPad 2014.

Le site du jeu : http://www.monumentvalleygame.com/

Un des oeuvres emblématiques d'Escher, à laquelle ressemble beaucoup l'architecture du jeu.

Un des oeuvres emblématiques d’Escher, à laquelle ressemble beaucoup l’architecture du jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *